Les différents types de marchés financiers

Les marchés financiers peuvent être de nature très différentes, disposant de modes d'organisation très variés et de règles très particulières. Dans ces quelques lignes, nous nous contenterons de vous présenter trois grandes caractéristiques de ces marchés financiers, vous permettant déjà d'appréhender sans difficulté le degré de risque auquel vous allez être confronté en plaçant vos ordres de bourse sur un marché particulier.

Marché primaire versus marché secondaire

La première distinction à effectuer entre les marchés est de définir les marchés dits primaires des marchés dits secondaires. Le marché primaire est le marché qui met en contact directement l'investisseur particulier avec l'émetteur du produit financier. En d'autres termes, la contrepartie à la transaction réalisée par l'investisseur particulier est directement l'émetteur du produit.
Voici quelques exemples de marchés primaires. Lorsqu'un investisseur particulier passe un ordre de souscription d'un Bon d'Etat, il consent un prêt directement au Ministère des Finances. En d'autres termes, le fait de souscrire à un Bon d'Etat augmente le niveau de la dette publique de l'Etat. Il s'agit d'un marché primaire. Lorsqu'un investisseur passe un ordre de souscription ou de remboursement pour une Sicav, son ordre a pour effet de faire varier le capital de la Sicav. En d'autres termes, une fois l'ordre exécuté, le capital de la Sicav en question est soit augmenté (à la suite d'un ordre de souscription), soit diminué (à la suite d'un ordre de remboursement). Il s'agit ici également d'un marché primaire. Lorsqu'une entreprise effectue une levée de capitaux vis-à-vis des investisseurs, il s'agit également d'un marché primaire, l'investisseur remettant à l'entreprise une somme d'argent et se voyant rétribué de nouvelles actions. Finalement, lorsqu'un particulier crée une entreprise, lors du passage de l'acte, il reçoit des actions en échange du versement d'un capital. Il s'agit également d'un marché primaire.

Lorsqu'un investisseur place un ordre sur un marché primaire, il s'agira d'un ordre de souscription (l'investisseur augmente son investissement) ou d'un ordre de remboursement (l'investisseur récupère son capital). En règle générale, l'ordre de souscription et l'ordre de remboursement ne peuvent ni être limités, ni disposer de seuil de déclenchement. Ils sont réputés être "au cours" ou autrement dit, au prix de souscription ou de remboursement.

Sur un marché secondaire, les instruments financiers (qui ont été préalablement créés dans le cadre d'un marché primaire) sont librement négociés entre deux ou plusieurs investisseurs. La réalisation de la transaction n'influence pas les engagements pris par l'émétteur. Ainsi, lorsqu'un investisseur achète une action cotée sur Euronext, cela implique qu'un autre investisseur vende l'action en question : le capital de la société n'est pas modifié par la transaction.

A la lumière de cette définition, les marchés boursiers tels que Euronext, Xetra, le NYSE ou la Bourse de Londres (comme toutes les autres bourses d'ailleurs) peuvent être définis comme des marchés secondaires. Ils assurent la liquidité sur des instruments créés préalablement sur un marché primaire. En d'autres termes, ils offrent la possibilité à un investisseur "de la première heure" de se dégager d'une position qu'il a prise.

Marché reglementé versus Marché de gré à gré (OTC)

Une seconde distinction qu'il convient d'effectuer est la différence entre un marché réglementé et un marché de gré à gré (également appelé "Over The Counter" ou OTC). Un marché réglementé implique que les ordres de bourse soient transmis au sein d'une place financière qui centralise l'ensemble des ordres et constitue un carnet d'ordres pour chaque instrument financier. Dans ce cas, l'investisseur particulier ne connaît pas nécessairement sa contrepartie. Le marché réglementé (ou la chambre de compensation qui en dépend) s'interpose entre l'acheteur et le vendeur. Les marchés réglementés offrent généralement la possibilité de placer des ordres limités ou au cours, avec ou sans seuil de délcenchement.

En revanche, un marché de gré à gré est un marché où deux contreparties se mettent en rapport pour réaliser une transaction. Dans ce cas, il n'y a pas de constitution de carnet d'ordres. Les ordres limités ou avec seuil de déclenchement ne sont dès lors pas permis. C'est par exemple le cas du marché secondaire des euro-obligations. Lorsque l'investisseur passe un ordre d'achat ou de vente sur une euro-obligation, son intermédiaire financier va prendre contact avec d'autres banques ou entreprises d'investissement qui ont un intérêt dans la valeur, et va réaliser la transaction directement avec cette contrepartie. Un autre exemple de marché de gré à gré est le marché sur lequel se négocient les métaux précieux. Lorsqu'un investisseur souhaite acheter de l'or ou de l'argent, l'intermédiaire financier va contacter un autre intermédiaire pour réaliser la transaction. Un dernier exemple de marché de gré à gré est le marché de la Vente Publique de Euronext Bruxelles, où se négocient les actions non cotées en Bourse (exemple des sociétés familiales ou des anciennes sociétés cotées) ou les bons de caisse des grandes institutions financières.

Les bourses traditionnelles, telles que Euronext, Xetra, le NYSE, la Bourse de Londres ou tout autre bourse nationale, sont donc des marchés réglementés. La directive européenne Mifid, entrée en vigueur en novembre 2007, a créé la possibilité de créer de nouveaux marchés (tels que Chi-X, Equiduct ou Turquoise par exemple). Ces nouveaux marchés peuvent être considérés comme des marchés réglementés, même si d'un point de vue strictement juridique leur statut est sensiblement différent d'une bourse traditionnelle telle que Euronext.

Marché dirigé par les ordres versus Marché dirigé par les prix (Market Makers)

Dans les marchés dits réglementés, une dernière distinction doit être opérée entre les marchés dirigés par les ordres et les marchés dirigés par les prix. Dans un marché dirigé par les ordres, les différents membres du marché transmettent au marché réglementé les ordres d'achat et de vente portant sur les instruments financiers qui y sont cotés. Le marché dirigé par les ordres calcule alors le cours de bourse de la valeur afin que le plus grand volume d'instruments financiers puisse être échangé. La grande majorité des marchés réglementés sont actuellement (à quelques exceptions près) des marchés dirigés par les ordres, ce qui assure à l'investisseur particulier une transparence complète et la certitude de l'exécution de son ordre si les conditions qu'il y a fixé sont rencontrées.

Dans un marché dirigé par les prix, le rôle des Market Makers est essentiel. Pour chaque valeur cotée sur un marché dirigé par les prix, un ou plusieurs Market Makers se positionnent tant à l'achat qu'à la vente pour une quantité importante de titres. L'écart entre le cours acheteur et le cours vendeur est appelé le Spread. Les Market Makers étant en concurrence entre eux, plus il y aura de Market Makers sur une valeur et plus petit sera le spread entre les deux cours. Lorsqu'un investisseur passe un ordre de bourse, au cours ou limité, il ira "frapper" la position du Market Maker. Il n'y a donc pas de carnet d'ordres disponible sur ces marchés. Ce type d'organisation de marché offre le grand avantage de la liquidité. Il manque par contre de transparence et un ordre passé au cours sur un marché de Market Makers peut être exécuté à un cours parfois surprenant par rapport au spread présent au moment du passage de l'ordre, voire même non exécuté du tout. Un marché dirigé par les ordres mondialement connu est le marché américain des valeurs de croissance, le Nasdaq. L'investisseur prudent placera dès lors plus facilement un ordre limité sur un marché dirigé par les prix qu'un ordre au cours.

La tendance des dernières années est clairement en faveur des marchés dirigés par les ordres, de par la transparence qu'ils procurent. Cependant, pour les valeurs les moins liquides (c'est-à-dire où le nombre et le volume des transactions sont réduits), des marchés dirigés par les prix ou des marchés hybrides continuent à subsister.